Pin It

ph12

L’année 2015 a été riche en évènements, tant dans l’environnement éducatif de notre continent qu’au sein de l’ADEA. Il y a eu en particulier les différents bilans de l’EPT sanctionnés par des conférences majeures à Kigali, puis à Oslo, à Incheon en Corée du Sud et à New York, conférences qui ont abouti à un changement total de paradigme vers une éducation pour le développement durable. Il y a eu également le lancement de l’Agenda 2063 de l’Union africaine qui s’articule autour de l’ambition d’une transformation économique structurelle et une croissance inclusive du continent. Cet agenda met aussi l’accent sur le renforcement de la science et de la technologie, sur une gestion plus raisonnable de nos ressources naturelles et sur le renforcement de la paix et de la sécurité à travers le continent.

Au sein de l’ADEA même il y a eu le déménagement du Secrétariat exécutif de Tunis à Abidjan, des changements importants opérés au sein des ressources humaines de l’institution. Tout ceci a correspondu au démarrage des préparatifs de la Triennale qui est un forum continental capital ayant pour objectif d’offrir aux différentes parties prenantes de l’éducation en Afrique une opportunité d’échanger et d’élaborer collégialement sur « les orientations, les conditions, les facteurs, les procédures et les outils nécessaires à l’implantation de réformes d’éducation et de formation à même d’ impulser fortement, dans la perspective de l’agenda post-2015 et de l’agenda 2063, la construction d’économies et de sociétés africaines fondées sur le savoir partagé ».

Ces développements majeurs devaient être sanctionnés par l’instance de décision de l’ADEA afin d’être prises en compte par la structure. C’est pourquoi s’est tenue à Abidjan, du 3 au 5 décembre 2015 la 42ème Session de son Comité Directeur.
Celle-ci a passé en revue l’ensemble des évènements majeurs de l’année en relation avec les programmes de l’Association et des changements qui ont été opérés au sein de l’Association. A l’issue de cette revue le Programme et Budget 2016 ont été discutés et adoptés et des protocoles d’entente passés ou renouvelés avec certains partenaires tel que l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA).


Concernant le GTENF, le Comité directeur a jugé très positif les efforts engagés par le Groupe pour la réalisation des objectifs qui lui ont été assignés. Il a, par conséquent, approuvé l’essentiel de ses propositions d’activités pour 2016. Parmi celles-ci quatre retiennent l’attention : (i) la mise en œuvre des recommandations concernant le développement d’un Socle Commun de Compétences qui intègre l’éducation non formelle par les systèmes éducatifs africains, (ii) le développement d’un réseau dynamique en faveur des jeunes vulnérables et des femmes analphabètes en zones rurales, (iii) la cartographie des foyers coraniques en Afrique subsaharienne, et (iv) l’entretien d’un plaidoyer fécond et dynamique en faveur de l’éducation non formelle et de l’alphabétisation.

Ces activités approuvées par le Comité directeur de l’ADEA seront réalisées sur la base d’un partenariat dynamique entre la coordination du Groupe de travail, les GT/pays et les partenaires traditionnels du Groupe.

Pin It